Travailler chez Mikron

Le groupe Mikron développe, produit et commercialise des systèmes d’usinage et d’automatisation pour des procédés de fabrication extrêmement précis et productifs. Enraciné dans la culture de l’innovation suisse, Mikron est un fournisseur de tout premier plan à l’échelle mondiale pour les industries automobile, pharmaceutique, de la technique médicale, ainsi que pour celles des biens de consommation, des instruments d’écriture et de l’horlogerie.

Les deux divisions, Mikron Automation et Mikron Machining, ont leur siège principal à Boudry et à Agno (Suisse) et des sites de production supplémentaires en Allemagne, à Singapour, en Chine et aux Etats-Unis. Fort de quelque 1250 collaborateurs, le groupe Mikron met au service de ses clients plus d’un siècle d’expérience dans la production de systèmes de haute précision pour la fabrication de produits en grande série. Les actions de Mikron Holding SA se négocient à la SIX Swiss Exchange sous le symbole MIKN. Nous soutenons nos employés désireux d'endosser des responsabilités entrepreneuriales sur la base de nos valeurs et de nos objectifs d'entreprise. Nous relevons les défis techniques grâce au partage de connaissances dans notre vivier mondial de collaborateurs qualifiés et en encourageant la réflexion créative. Nous sommes fiers d'œuvrer au développement et à la formation de nos employés, des facteurs essentiels pour la fourniture de technologies de pointe.

Offres d'emplois

Découvrez quelques-uns de nos collaborateurs

"La générosité et le soutien total de Mikron dans le cadre de mon séjour à l'étranger m'ont fait très plaisir."

Depuis près d'un an, je suis en apprentissage chez Mikron GmbH Rottweil, au poste d'"employée de commerce spécialisée dans le management de bureau". Dès la première année d'apprentissage, mon entreprise de formation m'a permis d'effectuer un séjour à l'étranger de quatre semaines à Londres. Le cours de langue et le stage en entreprise ont été organisés par l'école professionnelle et soutenus financièrement par le programme Erasmus+ pour la formation professionnelle. Grâce au soutien de Mikron, j'ai pu effectuer mon séjour à Londres sur la base de la loi sur la formation professionnelle, c'est-à-dire que ma formation n'a pas été interrompue et que j'ai continué de percevoir la rémunération liée à la formation. Mikron a également pris en charge les frais de voyage. A Londres, j'ai eu la chance d'être hébergée par une famille très gentille et ouverte qui habite dans le centre de Bromley. La première semaine, pour améliorer mes connaissances en anglais, j'ai suivi un cours de langue intensif à Greenwich, où j'ai rencontré des étudiants de différents pays. L'après-midi, avec d'autres stagiaires étrangers venus d'Allemagne, nous sommes allés voir des marchés et avons visité des attractions touristiques londoniennes. J'ai effectué mon stage chez "iam immigration and migration", une entreprise qui opère dans le monde entier. La première semaine n'a pas été facile pour moi: il m'a fallu expérimenter et apprendre beaucoup par moi-même. Au cours des deux dernières semaines, on m'a chargée de produire des vidéos de médias sociaux et des animations à des fins publicitaires et de concevoir une page Internet, ce qui m'a beaucoup plu. Je recommande vraiment le stage à l'étranger: si l'opportunité se présente, il ne faut pas hésiter, car le fait d'être livré à soi-même dans un pays étranger permet d'élargir ses horizons, d'améliorer ses connaissances linguistiques et de renforcer sa confiance en soi.

J’ai toujours voyagé dans le cadre du travail. Je ne pourrais pas m’imaginer de ne plus me déplacer aussi souvent à l’avenir.”

Un dictionnaire visuel s’avère véritablement très utile lorsqu’on se trouve en Chine et que l’on ne maîtrise pas les sinogrammes. Ainsi, pour commander de la viande de porc dans un restaurant chinois, j’ai montré du doigt la tête d’un cochon. Je ne pensais pas que le serveur interpréterait ma demande de manière aussi littérale: en effet, il m’a servi une tête de cochon entière. Je passe au moins six mois de l’année à l’étranger. J’entretiens, je répare et je monte des machines dans le monde entier. En règle générale, je me rends à l’aéroport le vendredi soir. Étant donné que je voyage avec une caisse à outils dans les bagages, je dois être à l’heure à l’enregistrement et me soumettre à un contrôle spécial. Lorsque je vais en Chine, mon périple dure près de 24 heures. En arrivant à destination le samedi soir, je peux profiter du dimanche pour récupérer un peu avant de me lancer dans ma mission le lundi matin. J’ai toujours voyagé dans le cadre du travail. Je ne pourrais pas m’imaginer de ne plus me déplacer aussi souvent à l’avenir. Et cela, malgré la pénibilité des vols long-courriers, qui vous obligent à rester dans un espace restreint durant plusieurs heures. Après plusieurs semaines de déplacements, j’apprécie toujours le retour à Berlin. Je prends alors quelques jours de congé, pour avoir un peu de temps pour moi et ma conjointe.

“Le fait que j’aspire à du changement et que je parte à Denver s’est avéré une excellente décision."

Il y a encore trois ans, toute ma vie se concentrait autour de Bevaix, la ville où je suis né, près de Boudry. J’ai commencé à rechercher une opportunité de changement, j’ai eu envie de voir du pays. En mai 2011, j’ai finalement décidé de sauter le pas et de partir à Denver, aux Etats-Unis. Mes premiers jours sur place ont été très excitants, mais aussi stressants, car j’ai patienté de longues heures dans des files d’attente interminables afin d’obtenir mon numéro de sécurité sociale, mon permis de conduire et d’ouvrir un compte bancaire. J’avais très rapidement besoin d’un logement et je me débrouillais tant bien que mal avec mon anglais hésitant au début. A l’issue de ces quelques jours éprouvants, je me suis néanmoins vite acclimaté, surtout parce que peu de temps après mon arrivée, j’avais rejoint divers «groupes de rencontre». Je veux dire par là que je m’étais inscrit sur un site Internet à des activités collectives de loisirs (sport, cuisine, tables rondes, etc.). En un laps de temps très court, j’ai ainsi rencontré beaucoup de personnes et aussi ma petite amie. Aujourd’hui, trois ans plus tard, je suis marié avec Jennifer et nous sommes les fiers parents de notre fils d’un an, Elliot. Nous sommes comblés au-delà de nos espérances. Le fait que j’aspire à du changement et que je parte à Denver s’est avéré une excellente décision.»

“On ne sait jamais comment va se dérouler un rendezvous chez le client.”

Mon bureau se compose d’un ordinateur portable et d’un téléphone mobile, qui m’accompagnent en permanence. En effet, je suisen déplacement jusqu’à 80% de mon temps de travail. Je rends visite à des clients de Mikron dans toute la Chine: je présente les offres, discute des projets en cours, réponds aux questions et étudie d’éventuelles nouvelles commandes. Je prends l’avion jusqu’à 90 fois par an. J’arrive le matin, je passe l’après-midi chez le client et le soir je suis au téléphone avec mes collègues en Europe. J’organise moi-même tous mes déplacements. Au fil des dix ans durant lesquels j’ai vécu et travaillé en Chine, j’ai appris à être extrêmement flexible. On ne sait jamais comment va se dérouler un rendezvous chez le client: il peut arriver qu’on commence par attendre celui-ci pendant deux ou trois heures, puis qu’on soit convié sans préavis à un dîner et à un autre rendez-vous le lendemain. C’est pourquoi je réserve toujours des allers simples. La Chine est un pays gigantesque qui se développe très rapidement. C’est aussi une terre de contrastes, où les conditions de vie des gens peuvent être très différentes. Découvrir sans cesse de nouveaux lieux et de nouvelles personnes est précisément ce qui m’intéresse et me motive. Bien sûr, ma vie privée en pâtit parfois quelque peu. C’est pourquoi je veille d’autant plus à passer un maximum de temps avec ma conjointe durant mon temps libre. Nous en profitons par exemple pour nous promener dans les immenses parcs de Pékin – sans ordinateur portable.

“Ce que j’apprécie le plus dans mes déplacements, ce sont les rencontres avec les gens formidables qui composent nos équipes Mikron dans le monde entier."

Au cours des deux dernières années, je me suis souvent rendue à Shanghai et Singapour pour contrôler les divisions Finance, Controlling et Administration de Mikron Asie. Je me déplace toutes les trois semaines en moyenne et je reste chaque fois sur place durant sept à dix jours. Pendant mon temps libre, j’aime aussi voyager en Argentine pour rendre visite à ma famille et mes amis. Un des plus beaux aspects des voyages est de se réveiller dans un lieu nouveau et de découvrir au plus près les coutumes et traditions locales. Bien sûr, voyager peut aussi être fastidieux, par exemple quand les vols sont retardés. En pareille situation, je conseille à tous de ne pas s’agacer pour le temps perdu, mais de profiter des superbes aménagements qu’offrent les aéroports internationaux. Avec l’expérience, je sais où l’on peut profiter de la meilleure manucure ou trouver le plus savoureux dîner. Les voyages permettent certes de s’immerger dans les cultures les plus variées, mais il est tout aussi important pour moi de ne pas rompre le lien avec la maison. Même en déplacement, je veille à suivre mon programme de fitness et je me prends toujours le temps de m’entretenir avec ma famille. Ce que j’apprécie le plus dans mes déplace ments, ce sont les rencontres avec les gens formidables qui composent nos équipes Mikron dans le monde entier. Ils sont exactement comme moi: engagés, passionnés et attachés au succès de Mikron.